Les poêles d'antan inc.

René Fréchette

Propriétaire et fondateur

Entreprise

Intérêt patrimonial

Le patrimoine constitué par les cuisinières au bois est considérable. Jadis, elles étaient l'outil principal dans les chaumières québécoises. La restauration des ces témoins de notre histoire est donc une activité importante pour assurer la conservation et la mise en valeur de ceux-ci. C'est le secteur d'activité que couvre l'entreprise Les poêles d'antan inc. Toutefois, l'avenir de l'entreprise est menacé par l'application de la Loi sur la qualité de l’environnement (L.R.Q., c.Q-2).

Description de l'entreprise


L’une des principales caractéristiques de la restauration des cuisinières au bois d’antan qu’effectue René Fréchette est sans aucun doute le respect des pièces d’origines. Lorsqu’il reçoit une nouvelle antiquité, il la démonte pièce par pièce et les observes une à une. Si certaines d’entre elles sont trop usées pour pouvoir être réutilisées, il doit les refaire. Il effectue alors le moulage de la pièce et, une fois obtenu, il envoie le moule dans une fonderie de la région. Dans un souci extrême d’authenticité des pièces, il lui arrive même parfois de faire fondre le métal de la pièce originale et de l’utiliser pour la fabrication du nouveau morceau. Les décorations qui se retrouvent sur l’extérieur de la cuisinière subiront également un processus de chromage. N’étant pas équipé pour la réalisation d’un tel procédé à même son atelier, il fait affaire avec quelques petites entreprises de sa région travaillant dans ce domaine. Les Poêles d’Antan inc., en utilisant les services d’autres petites entreprises, en vient à créer une véritable industrie de la restauration d’antiquité dans la MRC de Nicolet-Yamaska. L’imposante collection de modèle et de marque différentes que l’on peut retrouver sur le marché pose tout un défi aux restaurateurs. Seulement au Québec, trois entreprises se sont imposées dans le domaine de la fabrication de cuisinières à une certaines époques, au point d’en marquer la mémoire collective. Leurs noms sont encore connus aujourd’hui : Bélanger, P.T.Légaré et L'Islet. L’inventaire de cuisinière des différents modèles créé par chaque compagnie est énorme et nécessite une bonne connaissance des caractéristiques de chaque modèle. En effet, chacune de ces compagnies utilisait des caractéristiques qui lui était propre et qui faisait souvent office de signature. Des symboles décoratifs vont même rappeler des éléments important de notre histoire. Bélanger, reconnue comme étant la plus grosse des trois compagnies, utilisait un symbole de fleurdelisé pour couronner la tête de la cuisinière. De la même manière, la compagnie L'Islet utilisait une image inspirée du Château Frontenac sur la plupart de ses cuisinières. Quant à elle, la compagnie Légaré utilisait des signes de castor, de feuille d’érable ou de fleurdelisé sur les céramiques qui ornait l'espace entre la tête et les ronds. De plus, chaque compagnie nommait ses modèles selon un personnage historique ou un événement important de l’époque. Ses traces uniques reflètent notre passé et témoignent de l’importance des cuisinières au bois dans l’histoire des québécois.

Apprentissage et transmission


Petit à petit, René Fréchette développe son expertise en la matière en suivant des formations auprès des fournisseurs de pièces et auprès des quelques compagnies québécoises fabriquant encore des poêles de chauffage. Ayant suivis des études en mécanique automobile, il est très habile de ses mains et il a de la facilité à comprendre les assemblages de pièces, parfois complexe que l’on retrouve dans les cuisinières au bois antiques. Il a également appris, en travaillant avec d’autres mécaniciens de l’entreprise, les techniques de ferblanterie nécessaires à la restauration des cuisinières faites en tôle.

Historique général


René Fréchette est un passionné des antiquités. Il affectionne particulièrement les anciennes cuisinières au bois qui trônaient jadis bien en vue dans les chaumières de nos ancêtres. Au fil des ans, il a su développer une passion pour la restauration des vieilles cuisinières au bois. La grande aventure de René Fréchette débute dans les années 1990, alors qu’il travaille pour une entreprise spécialisée dans les systèmes de chauffage du village de Saint-Léonard-d’Aston, Courchesne et fils. La modeste entreprise manque parfois de contrat durant la saison hivernale. Plutôt que de faire des mises à pieds ou d’envoyer ses employés au chômage durant les temps morts, le propriétaire de l’entreprise accepte des contrats de réparation de vieilles cuisinières au bois appartenant à certains de ses clients. Historiquement parlant, les entreprises œuvrant dans le milieu de la plomberie ont souvent eu le rôle de réparateur de cuisinières à bois, ce qui démontre un certains ancrage historique de la pratique. Au début des années 2000, l’entreprise Courchesne et fils subi une restructuration majeure et elle change de nom et de spécialité. Plusieurs des employés quittent leur emploi, car les tâches ne correspondent plus à leurs compétences ou à leurs intérêts. Il n’en fallait pas plus pour donner l’idée à René Fréchette de fonder sa propre compagnie. Ayant découvert son intérêt pour la restauration de cuisinières au bois antiques, il se lance en affaire en 2002 en fondant Les Poêles d’Antan inc. À l’époque, il n’y a que deux autres entreprises comme la sienne et elles sont situées dans le Bas-Saint-Laurent. Il achète ses premières cuisinières chez des particuliers qui désirent s’en débarrasser et il s’occupe de les remettre en état de marche afin de les revendre, comme neuve. Étant reconnu pour la valeur de son travail, il récupère également une grande partie de la clientèle de ses anciens patrons qui désirent faire restaurer leur cuisinière au bois antique ou qui ont simplement besoin d’effectuer quelques réparations. Encore aujourd’hui, sa clientèle est constituée par le bouche-à-oreille. Selon René Fréchette, l’une des principales raisons qui pousse ses clients à vouloir faire restaurer leur cuisinière au bois antique est que, souvent, il s’agit d’un bien qui appartient à la famille depuis plusieurs années et qu’un attachement sentimental s’est créé envers l’objet au fil du temps. Les cuisinières au bois antique représentent donc un élément important de notre histoire et de notre patrimoine. De plus, le travail de René Fréchette est effectué avec un très grand souci d’authenticité et de respect du patrimoine et de l’héritage de nos ancêtres. Il travaille également avec l’un de ses fils et sa fille. Étant donné qu’il y aura toujours des cuisinières au bois traditionnelles à restaurer, l’intérêt de ces deux jeunes envers la restauration d’antiquité démontre bien de la viabilité à long terme que représente ce type d’entreprise.

Localisation complémentaire

  • Adresse courriel : lespoelesdantan@hotmail.com
  • Site web : www.lespoelesdantan.com

Documentation

Pour consulter la loi sur le développement durable du gouvernement du Québec: http://www.mddep.gouv.qc.ca/ministere/certif/index.htm#reglement

Sources

  • Nom du facilitateur ou des facilitateurs : Mathieu Allard et Jocelyn Gadbois
  • Date d'entrevue : 2010-06-03
  • Nom de l'indexeur ou des indexeurs : Mathieu Allard

Photos

Facebook

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel a été rendue possible grâce à l’appui de nos partenaires.

  • Logo - Conseil québécois du patrimoine vivant
  • Logo - Chaine de recherche du Canada en patrimoine ethnologique
  • Logo - Musée québécois de culture populaire
  • Logo - Société Québécoise Ethnologie

© 2017 Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, Université Laval