Batisse, la mascotte du Royal 22e Régiment

Réal Léveillé, caporal Kègle, caporal Landry

M. Léveillé est coordonateur des tours guidés et responsable de la collection d’armes historiques régimentaires, le caporal Kègle est maître chevrier et le caporal Landry est son apprenti

Forme d'expression

Vidéo

Intérêt patrimonial

Batisse, la mascotte régimentaire, fait partie des défilés, des fêtes et de la Relève de la garde du Royal 22e Régiment depuis 1956. Ce bouc représente le sens des traditions, l’esprit de corps et la bravoure au sein du Régiment. L'image de la tête de Batisse est d'ailleurs utilisée dans le logo du Musée du Royal 22e Régiment.

Description de la forme d'expression


Batisse et le chevrier major, © IREPI

Batisse est le bouc qui sert de mascotte au Royal 22e Régiment depuis 1955. Il provient de la descendance du cheptel qui avait été donné à la reine Victoria en 1884 par le Shah de Perse. Le rôle de mascotte régimentaire se passe de père en fils depuis Batisse I. Le Batisse actuel, Batisse X, est aujourd’hui à la retraite. Il devrait passer le flambeau à son fils à sa mort. Cette mascotte régimentaire est un symbole de courage et d’esprit de famille. Elle est exhibée notamment à l’occasion de la Relève de la garde (cérémonie quotidienne à la Citadelle qui a lieu tout au long de la saison estivale), des défilés, des rassemblements et des fêtes du Régiment.
Lorsqu’il est exhibé en public, Batisse est brossé et recouvert d’une cape aux couleurs du Régiment. Ses cornes sont peintes en or. Sa tête est ornée d’un écusson de couleur argent. C’est le chevrier major qui a la responsabilité de veiller à la préparation du bouc avant chacune de ses sorties publiques.
La progéniture de Batisse est élevée à la Ferme Rusk de Québec. Depuis Batisse I, le rôle de mascotte du Régiment se transmet de père en fils. Dans le cas où Batisse ne pourrait pas avoir de progéniture, son successeur serait puisé à même le cheptel du Royal Welch Fusiliers, à Londres. Selon la coutume, le gouverneur général du Canada présente chaque nouvelle mascotte au Régiment. Par exemple, Batisse X a été présenté par Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean le 23 septembre 2006. En raison de l’âge avancé de Batisse X, un autre bouc (qui ne porte pas le nom de Batisse) le remplace aux deux jours pour parader lors de la cérémonie quotidienne de la Relève de la garde.
À chaque fois que Sa Majesté la reine Élisabeth II vient au Canada, elle demande au Royal 22e Régiment de se déplacer pour aller à sa rencontre. Bien entendu, Batisse fait partie du contingent que la reine désire saluer. Une fois par année, le Colonel du Royal 22e Régiment, le Général Foran, doit aller voir la reine pour lui parler du régiment. Lors de leur dernière visite, les officiers, sous-officiers supérieurs et soldats étaient accompagnés de Batisse pour aller la voir.
Le chevrier major et son apprenti sont responsables de l’élevage du cheptel du Royal 22e Régiment. Même si Batisse semble être une bête calme lors des défilés, elle est en réalité de nature plutôt brusque. Il revient donc au chevrier major de tenir la bête avec fermeté lors de ses sorties publiques. Quoi qu’il en soit, avec beaucoup de pratique, Batisse en vient à connaître par cœur les chorégraphies qu'il doit exécuter en synchronicité avec son maître. En somme, le chevrier major est la personne qui a pour responsabilité de veiller à l’élevage du cheptel, à la reproduction de la lignée de Batisse et au dressage de la mascotte.


Apprentissage et transmission


Batisse, © IREPI

Les maîtres chevriers sont choisis parmi les membres du Régiment, mais restent tout de même des membres actifs des Forces régulières. Ce sont généralement des soldats qui ont été élevés sur une ferme ou qui connaissent bien les animaux. Ce rôle implique un travail quotidien sur la Ferme Rusk. Normalement, les maîtres chevriers apprennent leur travail directement du chevrier major. Leur tâche principale est de dresser Batisse et ses successeurs mâles, afin qu’ils deviennent dociles, marchent droit, saluent les officiers et restent calme lors des sorties publiques.

Historique général


L'apprenti maître chevrier peint les cornes de Batisse, © IREPI

La tradition du bouc régimentaire remonte à 1884, alors que le Shah de Perse fit cadeau d’un bouc et d’une chèvre à la reine Victoria. Ces animaux originaires du Tibet faisaient la fierté de la population. C’est avec plaisir que la reine fait de cet animal la mascotte de son régiment, le Royal Welch Fusiliers. Afin de perpétuer leur descendance, un cheptel a été constitué au jardin zoologique de Londres.  Selon la coutume, les membres de la famille royale marrainent ou parrainent un régiment. Ainsi, Sa Majesté la reine Élisabeth II a accédé au trône en 1952 et a choisi de marrainer le Royal 22e Régiment, en plus d’en être le colonel en chef honorifique. Puisque le Royal 22e Régiment est affilié au Royal Welch Fusiliers depuis 1927, Sa Majesté a consenti à pourvoir son régiment d’une mascotte. Le 1er octobre 1955, Batisse a été offert par Sa Majesté la reine Élisabeth II et présenté par Son Excellence le très Honorable Vincent Massey, alors gouverneur général du Canada, à l’occasion d’une cérémonie de prise d’arme sur les Plaines d’Abraham. Lors de cet événement, 1 100 officiers, sous-officiers et soldats du 1er et 3e Bataillons, du Dépôt régimentaire et la Musique régimentaire étaient présents.


Localisation complémentaire

  • Quartier : Vieux-Québec
  • Espace culturel : Citadelle de Québec

Localisation complémentaire

  • Adresse civique : 1 Côte de la Citadelle
  • Ville : Québec
  • Code postal : G1R 4V7
  • Téléphone : 418-694-2815
  • Adresse courriel : information@lacitadelle.qc.ca
  • Site web : www.lacitadelle.qc.ca; www.r22er.com

Documentation

ROYAL 22e REGIMENT. S.d. « La mascotte régimentaire (Batisse)». Dans Royal 22e Régiment. En ligne. Consulté le 4 janvier 2011.

Sources

  • Nom du facilitateur ou des facilitateurs : Mathieu Allard, Élise Bégin
  • Date d'entrevue : 2010-09-03
  • Nom de l'indexeur ou des indexeurs : Catherine Fredette

Fiches associées

  • Changement de sentinelles devant l'entrée principale de la Citadelle de Québec

    Changement de sentinelles devant l'entrée principale de la Citadelle de Québec
    Chaque année, les soldats qui font la garde en rouge suivent une formation d’un mois pour apprendre les chorégraphies de la cérémonie. Par la même occasion, ils apprennent les mouvements à effectuer pour monter la garde de la Citadelle en tant que sentinelle.
  • Coups de canon à la Citadelle de Québec

    Coups de canon à la Citadelle de Québec
    Les soldats qui tirent les coups de canon ne sont pas nécessairement des spécialistes de l’artillerie. Ils reçoivent donc une courte formation d’un avant-midi pour leur apprendre à manier ce canon.
  • Croix de Vimy

    Croix de Vimy
  • Mémorial de la Citadelle de Québec

    Mémorial de la Citadelle de Québec
  • Relève de la garde

    Relève de la garde
    Les militaires qui participent à la cérémonie reçoivent un entraînement appelé «exercice élémentaire» consistant à l’apprentissage de différents mouvements, tels que le garde-à-vous, la place au repos, la marche au pas cadencé, etc. Les «exercices élémentaires» sont ceux que l’on dispense [...]

Sons

Photos

  • Batisse et le chevrier major, © IREPI
  • Batisse, © IREPI
  • L'apprenti maître chevrier peint les cornes de Batisse, © IREPI
  • L'apprenti maître chevrier prépare Batisse pour la relève de la garde, © IREPI
  • Batisse et le chevrier major lors de la relève de la garde, © IREPI
  • Séance de photos avec Batisse après la relève de la garde, © IREPI

Facebook

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel a été rendue possible grâce à l’appui de nos partenaires.

  • Logo - Conseil québécois du patrimoine vivant
  • Logo - Chaine de recherche du Canada en patrimoine ethnologique
  • Logo - Musée québécois de culture populaire
  • Logo - Société Québécoise Ethnologie

© 2019 Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, Université Laval